Rechercher

Akanji et Zakaria entrent dans une dimension que peu de Suisses ont connue

Ils sont peu à être suisse et à avoir évolué dans des top clubs. Avec leur transfert en toute fin de mercato, Manuel Akanji et Denis Zakaria ont rejoint un club très sélect. KMedia revient sur ces Suisses qui ont pu connaître le tout haut niveau, mais également sur certains des jeunes qui n'ont pas su franchir la dernière étape de ces prestigieuses académies.
Crédit photo: Manchester City

Julien Moret

Une fin de mercato comme la Suisse n'en avait encore jamais connue ! L'imposant défenseur central Manuel Akanji rejoint l'actuel meilleur club d'Angleterre, Manchester City. Alors que son coéquipier de sélection, Denis Zakaria, quitte lui la Juventus pour Chelsea. Un dénouement incroyable pour le football suisse. En effet, les deux joueurs viennent s'ajouter à une courte liste de joueurs suisses ayant eu la chance d'amener leur carrière jusqu'à une signature dans un club qui fait rêver tous les enfants du monde.

L'Angleterre, terre d'accueil des top clubs

L'Angleterre est le pays européen qui abrite le plus de top clubs. Avec Manchester United, Manchester City, Arsenal, Chelsea, Liverpool, voire même Tottenham les adresses de rêves pour les footballeurs se comptent en nombre. Pour les Suisses, Arsenal reste l'adresse de prédilection. En effet, Philippe Senderos, Johan Djourou, Stephan Lichtsteiner et aujourd'hui Granit Xhaka ont porté le maillot des Gunners. Si tous ces joueurs ont réussi à s'imposer ou entrer dans la rotation de l'effectif, d'autres n'ont pas su passer l'étape de l'Académie comme ce fut le cas pour Elton Monteiro, Sead Hajrovic ou Martin Angha.


Du côté des deux autres clubs de Londres, d'autres Genevois ont réussi à se faire remarquer: Les Spurs de Tottenham avait fait le pari Reto Ziegler qui défend aujourd'hui les couleurs du FC Lugano et Chelsea vient de miser sur Zakaria.

L'ancien milieu de terrain d'YB ne sera pas le premier suisse à porter la tunique des Blues, car la latéral gauche Miro Muheim avait transité par les équipes jeunes du club avant de se relancer en Suisse dans son club formateur, le FC Zurich.


Mais ce n'est pas tout, car Manchester City a été l'antre d'un certain Gelson Fernandes avant cette récente signature de Manuel Akanji. Il convient de préciser que le club anglais n'était qu'au début du processus qui devait faire de lui le plus grand club anglais et un des meilleurs du monde. Au sein de l'Académie, Frédéric Veseli (qui a également connu le rival Manchester United) et Lorenzo Gonzalez ont tenté de percer mais sans réussite.


Pour finir, un autre club a également réussi aux suisses. Il s'agit de Liverpool où Stéphane Henchoz fut un défenseur particulièrement reconnu avant que Xherdan Shaqiri viennent gonfler sa vitrine de trophées sous l'aire Jürgen Klopp. Le Bâlois Philipp Degen a eu la malchance d'enchaîner les blessures lorsqu'il portait le maillot du club d'Anfield. Dans les équipes jeunes, l'ancien bâlois Pajtim Kasami a fait ses classes avant de partir pour l'Italie.


Il n'y a finalement qu'un club qui s'est toujours passer des services d'un footballeur helvétique, les Red Devils, le club préféré d'un certain Manuel Akanji. Toutefois, l'histoire aurait pu être différente si en 2016, Breel Embolo s'était laissé convaincre par le coup de fil de José Mourinho alors entraîneur de Manchester United.


L'Italie et l'Allemagne, les terres d'accueil

De facto, nos deux voisins sont des destinations plus fréquentes pour nos footballeurs même si l'accessibilité aux meilleurs clubs reste compliqué. La Juventus a longtemps vu les déboulés de l'infatigable Stephan Lichtsteiner faire vibrer le stade. À une époque, nous aurions presque cru que l'équipe de Turin allait avoir deux latéraux suisses puisque Reto Ziegler a signé un contrat avec l'ogre italien sans y jouer. Le Genevois a donc imité un de ses illustres, Patrick Muller, qui en son temps avait vécu la même aventure avant d'enchaîner les titres avec l'Olympique Lyonnais. Du côté de l'Académie, les talents suisses ne se comptent plus mais ne percent presque jamais (Kristian Sekularac, Yannick Cotter, Abian Hajdari, Daniel Leo, Joël Ribeiro, Nikita Vlasenko, etc). On retiendra toutefois la presque belle histoire de Davide Chiumiento.


Du côté de Milan, l'AC Milan, l'ancien club de Berlusconi, a vu trois Suisses porter régulièrement le maillot de l'équipe première; Ricardo Rodriguez, Philippe Senderos et l'autre genevois Johan Vogel. Comme pour la Juventus, certains ne se sont contentés que des équipes espoirs comme ce fut le cas pour Mattia Desole ou encore Elias Kabamba.


L'autre club de Milan, l'Inter, a eu un peu la même relation que son rival avec les joueurs suisses. Tout le monde se souvient du passage très médiatisé de Xherdan Shaqiri dans la ville italienne. Ce ne fut d'ailleurs pas le premier suisse puisque Ciriaco Sforza avait, en son temps, porté les couleurs du club milanais tout comme Zdravko Kuzmanovic formé à Bâle. À noter, qu'Andi Hoti, natif d'Uster, a évolué avec la jeunesse du club après avoir quitté le FC Zurich. Il est aujourd'hui prêté dans la deuxième équipe de Freiburg.


En Allemagne, les Suisses sont légions. Toutefois, le Bayern Munich, maître absolu du pays, reste souvent un rêve inaccessible. Aujourd'hui, seuls Shaqiri, Sforza et Alain Sutter ont eu la chance de porter les couleurs bavaroises. Chez les jeunes, Dimitri Oberlin a fait une pige rapide avec la deuxième équipe alors que Sandro Burki a longtemps cru réussir à percer au sein de l'équipe première.


Au sein du deuxième club du pays, le Borussia Dortmund, les joueurs helvétiques ont un peu plus la côte. Il y a bien sur Stéphane Chapuisat, brillant sous le maillot jaune et noir qui a ouvert la voie aux générations suivantes; Alex Frei, Philipp Degen, Roman Burki, Marvin Hitz et donc Manuel Akanji.

L'Espagne, le pays inaccessible

Verra-t-on un jour un Suisse porter le maillot du Real Madrid ? La question mérite d'être posée. Et pourtant, deux joueurs ont bien failli réaliser cet exploit. Tout d'abord, le talentueux Johan Vonlanthen. Alors à YB, le Suisse d'origine colombienne dispose d'une offre ferme du Real Madrid mais choisit de mettre le cap sur la Hollande et le PSV Eindhoven. Quelques années plus tard, la rumeur Ricardo Rodriguez enfle du côté du Real. Florentino Perez apprécie le joueur et discute même avec l'entourage du suisse, sans succès.


L'autre club de la capitale n'est pas plus accessible. Si Shaqiri a longtemps été courtisé par Diego Simeone, il aurait été le second joueur suisse à porter le maillot du club. En effet, le premier n'est autre que l'actuel entraîneur d'YB, Raphaël Wicky. Une période qui était différente de celle d'aujourd'hui où le club madrilène a pris une nouvelle dimension.

Du côté des jeunes, deux Suisses ont sauté le pas sans succès. Le Fribourgeois Ruben Del Campo et le Genevois Drazen Mitrovic (génération 1989).


Un choix souvent motivé par le fait que la formation espagnole est très réputée. Ce choix, le Genevois Jérémy Guillemenot l'a fait sans parvenir à intégrer la une des Blaugrana de Barcelone. Mais d'autres, comme Albian et Adonis Ajeti ont pris la courageuse décision de refuser poliment l'offre de la Masia.


Que ce soit en Angleterre, en Italie, en Allemagne ou en Espagne, rejoindre un des meilleurs clubs du monde est quelque chose de rare pour un footballeur suisse. L'histoire le montre et prouve également qu'il est plus probable d'y rentrer par la grande porte que par son académie.

Espérons que Manuel Akanji et Denis Zakaria ouvrent la voie aux futures générations.