Rechercher

Alvyn Sanches, le dernier joyau lausannois

Dans la dernière décennie, grand nombre de joueurs intéressants sont sortis du centre de formation du LS. Des plus récents – Husic, Okoh, Zeqiri, Ndoye, Puertas, Isaac Schmidt – aux plus anciens – Custodio, Lotomba, Pasche, Ben Khalifa, Lavanchy – le centre de formation de Team Vaud a vu passer beaucoup de joueurs aujourd’hui affirmés dans le football suisse. Le dernier en date: Alvyn Sanches. Le jeune joueur suisse né en 2003 réalise un début de saison des plus prometteurs.
Crédit photo: Lausanne-Sport

Téo

À l’été 2019, le Lausanne-Sport recevait quelques deux millions d’euro pour un jeune joueur de son centre formation avec encore aucun bagage en pro. Bryan Okoh (2003), jeune défenseur central de 16 ans évoluant avec les M18 du club de la Pontaise, fait ses valises direction Salzburg et son club ferme le FC Liefering; de quoi montrer tout le talent du Gamin d’ici qui n’a malheureusement pas eu l’occasion de le montrer aux spectateurs lausannois. Depuis, le défenseur central a connu son premier rassemblement avec l’équipe nationale A en novembre 2021, rassemblement durant lequel il se blesse aux ligaments croisés. Okoh - considéré comme un des défenseurs centraux les plus prometteurs d’Europe - n’a pas encore pu reprendre le chemin des terrains, mais nul doute que le talent lausannois saura revenir avec un retour attendu en début d’année 2023.


Celui de Bryan Okoh marque le début d’une vague de départ des joueurs formés au LS. Mais, cette fois-ci, le club ne veut pas prendre le risque de ne pas les voir éclore sous son maillot. C’est pourquoi, la saison suivante est, par exemple, la première saison complète dans le monde professionnel pour un certain Dan Ndoye (2000), saison 2019-2020 durant laquelle il marquera 7 buts et réalisera 9 assists en 34 matchs. Aujourd’hui international suisse, le potentiel de l’attaquant du FC Bâle est très grand.


Une génération dorée

Histoire un peu différente pour son coéquipier Andi Zeqiri (1999), car lui a effectué ses débuts au LS en 2015 déjà alors qu’il n’était âgé que de 16 ans. Mais, après une pige d’une année au centre de formation de la Juventus, il revient au LS à l’été 2017 dans un rôle de joker. Il joue en moyenne 27 minutes par match lors de la saison 2017-2018 et 39 minutes par match en 2018-2019. Un temps de jeu relativement faible si l’on s’arrête sur ses statistiques plus qu’intéressantes (7 buts et 2 assists). Comme Dan Ndoye, c’est lors de la saison 2019-2020 que le prodige de Team Vaud devient titulaire dans l’effectif lausannois. À la clé, une saison à 22 buts et 10 assists entre Challenge League et Coupe Suisse. Le résultat est le même pour les deux lausannois: Dan Ndoye signe alors à Nice pour environ un million d’euro et Andi Zeqiri signe à Brighton pour quatre millions d’euro.


Issu de cette même génération dorée, un certain Cameron Puertas (1998) fera lui ses valises dix-huit mois plus tard, direction la Belgique et l’Union Saint-Gilloise. Devenu une véritable icône du club, l’ancien bulldog du LS a laissé un grand vide lors de son départ du club. Mais le talent de cette folle génération ne s’arrête pas là ! Gabriel Barès (2000), disputait sa première saison complète au LS en 2020-2021 et tentait sa première expérience à l’étranger une saison plus tard. Direction la France et Montpellier pour un jeune aux qualités techniques certaines. Comment une telle génération a pu exploser dans un club qui végétait en deuxième division suisse ?


Pour mieux comprendre le potentiel vaudois, nous nous sommes tournés vers un autre élément important de cette volée magique: Isaac Schmidt (1999). Aujourd’hui, il est un joueur établit en Super League qui fait les beaux jours du FC Saint-Gall et dont le nom circule en équipe de Suisse. Mais tout n’a pas été si simple pour le polyvalent Marcelo Suisse qui n’a jamais réellement eu sa chance du côté de la Tuilière. Le Lausannois effectue ses débuts avec la Une du LS en juin 2020 en compagnie de certains de ses coéquipiers de l’époque. En une année et demie, il joue à quinze reprises, la plupart du temps en sortie de banc. Depuis, le club vaudois se mord un peu les doigts et voit celui qui s’est imposé dans l’une des équipes les plus séduisante du pays comme l’oublié de cette magnifique génération.


Une nouvelle stratégie incarnée par Pablo Iglesias

Sans amertume et avec beaucoup de reconnaissance, le joueur du FC Saint-Gall nous explique le tournant du LS vers son académie: « Pablo Iglesias [aujourd’hui directeur du football au FC Sion] a permis d’ouvrir les portes de la première équipe aux talents du club. Le potentiel formateur du LS est maintenant connu ». L’arrivée d’Iglesias au LS en 2018, combinée au nouveau centre sportif de la Tuilière inauguré en 2020 marquent le franchissement d’un cap dans le projet des jeunes lausannois: « les nouvelles infrastructures du club sont un bon signal pour le développement des jeunes. À l’époque, elles n’étaient pas comme celles d’aujourd’hui. Les différentes équipes du club se partageaient plusieurs terrains qui n’étaient pas au même endroit. Notre génération a, par exemple, dû partager la salle de musculation avec l’athlétisme. Ce n’était pas toujours simple. Mais c’était le charme du LS ! »


Isaac Schmidt fait cependant un constat sur la différence entre les centres de formations romands et alémaniques : « Nous avons eu de bons résultats chez les jeunes, même si nous ne sommes pas arrivés à remporter le championnat. Je dirai que les Suisses allemands sont au-dessus à cet âge au niveau de la mentalité. Tu ressens un côté plus professionnel chez eux, un meilleur encadrement et un meilleur suivi. Le programme scolaire est peut-être plus adapté que chez nous par apport à la charge d’entrainement. Ce n’était pas encore tout à fait au point à notre époque ». Un constat que partageait d’ailleurs Souleymane Cissé au moment de rejoindre le projet INEOS. Souhaitant créer un ADN LS, une des premières mesures de l’ancien directeur sportif du LS a été de tenter de créer une cohérence entre les différentes équipes de jeunes afin de prôner un jeu LS pour toutes les catégories d’âge et non plus penser à la performance de l’équipe en tant que telle.


Mais tout ne s’arrête pas là. Après les départs de ses dernières coqueluches – Puertas, Ndoye et entre autres Zeqiri – La Tuilière découvre, depuis la saison dernière, son dernier joyau en date. Né en février 2003, Alvyn Sanches dispute son premier match professionnel en toute fin de saison 2020-2021 (il joue 26 minutes en cumulé lors des deux dernières journées de la saison). La saison dernière (21/22), il dispute sa première saison complète avec le groupe pro. Dans une saison compliquée sur le plan sportif et extra-sportif pour le Lausanne-Sport, il évolue tantôt au poste d’ailier droit sous Borenovic, tantôt en tant qu’attaquant de soutien en fin de saison sous Casanova. Sur son ancien coach en M21, Isaac Schmidt déclare: « Ilija Borenovic a également un impact positif sur notre génération. C’était dur, car il était sévère et pointilleux. Il se comportait avec nous comme si nous étions des adultes. Ce n’était pas toujours facile à accepter, mais cette exigence a été bénéfique pour notre nous. ». Un caractère qui devrait aider la Nati M18, qu’il coach désormais depuis le mois d’août.


Malgré la relégation en Challenge League, Ludovic Magnin fait désormais évoluer Alvyn Sanches un peu plus bas sur le terrain. Un rôle de milieu relayeur avec beaucoup plus de liberté qui lui sied bien. En 14 rencontres de championnat disputées depuis le début de la saison – dont 13 en tant que titulaire en numéro huit dans le onze de Magnin – Alvyn Sanches marque à quatre reprises et distribue trois assists. Sa performance de choix contre l’alors leader Wil à la fin septembre en a fait saliver plus d’un ! Rencontre durant laquelle il marquera un but et distribuera deux assists dans une victoire 4-0 des siens. Cette saison, Sanches est le deuxième meilleur buteur du LS derrière Brighton Labeau, ainsi que le joueur ayant reporté le plus de duel au sol du championnat (133 duels gagnés), devant Allen Njie (117). Il est aussi le joueur ayant subi le plus de fautes (42), devant Agustín Gonzáles (32).


Le jeune lausannois a même eu les joies de connaitre ses premières sélections avec la Nati M20 grâce à ses bonnes performances en club. Le bilan est très bon : 2 sélections, 2 buts et 1 assist. S’il continue sur cette voie, nul doute que l’accession vers la Nati M21 se fera bientôt pour le meneur de jeu du LS. Isaac Schmidt se rappelle du petit prodige: « À l’âge de 12-13 ans au terrain d’Eterpeys nous avions fait un match contre des plus jeunes de 8 ans. Ce jour-là, un de ces jeunes nous a clairement challengé. J’ai tout de suite vu qu’il allait devenir très bon, que c’était un crack. Ce petit jeune, c’était Alvyn Sanches ! ». S’il maintient ce rythme et ce niveau de performances, nul doute que la carrière du jeune lausannois suivra le chemin montré par ses anciens coéquipiers de ces dernières années.


Un nombre incalculable de talents

Pour appuyer la qualité du travail effectué par le club vaudois au niveau de la formation ces dernières années, il suffit de mentionner la volée 2015-2016 des M18 de Team Vaud: aux côtés d’Isaac Schmidt évoluaient Lucas Pos (aujourd’hui au Stade-Lausanne Ouchy), Jordan Lotomba (OGC Nice), Adam Ouattara (Xamax), Mersim Asllani (SLO), Lavrdrim Hajrulahu (SLO), Josias Lukembila (Wil), Timothie Zali (Wil), Andi Zeqiri (FC Bâle) et même quelques apparitions d’un certain Nicky Beloko (Lucerne). Au moment d’évoquer anecdotes et souvenirs, Isaac Schmidt prévient: « S’il a l’opportunité de rejoindre un club de Super League dans un futur proche, c’est sur Josias Lukembila qu’il faut miser (10 buts et 7 assists la saison dernière à Wil) ! »


Du côté du LS, il semblerait que la machine à talents n’est pas près de s’arrêter. Mayka Okuka (2003), du même cru qu’Alvyn Sanches, gratte un bon temps de jeu en ce début de saison (161’ en championnat pour le moment) et vient d’inscrire son premier but en pro contre Xamax au début du mois d’octobre. De quoi réjouir les fans qui ne demandent que ça !


Posts récents

Voir tout

Après une semaine dernière compliquée avec deux défaites sans appel, le FC Bâle et le FC Zurich se doivent de réagir en Coupe d'Europe. Ludo Humiliés sur leur terrain par le PSV Eindhoven 5-1, le FC Z