Rechercher

Et si le successeur d'Haaland était en Super League ?

Dernière mise à jour : 10 oct.

Alors oui, le titre est accrocheur et l'on pourrait dire que l'on fait une "Besnard" en forçant clairement le trait. Reste que la Super League est bien représentée dans les nominés au Golden Boy 2022. Avec 6 représentants (record pour la Super League) cela démontre clairement le potentiel de notre championnat. Et si le championnat de Suisse était la "Ligue des talents" ?

Julien Moret

La bonne nouvelle est tombée avant-hier. Ils sont 6 à représenter le championnat de Suisse dans la longue liste des nominés pour le titre de Golden Boy 2022. Il y a les Suisses Becir Omeragic et Fabian Rieder, les Bâlois Joelson Fernandes, Sebastiano Esposito et Matias Palacios ainsi que le crack du football italien Wilfried Gnonto. Une jolie récompense pour un championnat qui manque souvent de visibilité. Et si le successeur d'Erling Haaland se cachait en Super League ?


La concurrence est forte

Soyons clair, il y a peu de chances de voir un des 6 joueurs mentionnés remporter le titre de Golden Boy. L'exposition médiatique du championnat ne joue pas en leurs faveurs et la concurrence est forte. En effet, Jude Bellingham et Karim Adeyemi du Borussia Dortmund ainsi qu’Eduardo Camavinga du Real Madrid sont bien placés pour se voir soulever le "petit Ballon d'Or". À moins que les Barcelonais Ansu Fati et Pablo Gavi ne leur brûlent la politesse.


Reste que les récentes performances de Wilfried Gnonto avec la Squadra Azzura l'a propulsé dans une nouvelle ère qui pourrait l'emmener relativement près des premières places.


Une fin saison exceptionnelle qui vient couronner un parcours précoce qu'on tend à oublier. C'est simple, Gnonto, 18 ans au mois de novembre dernier, est le plus jeune joueur du championnat à avoir atteint 1’290 minutes de jeu et ses statistiques sont plus qu’honorables : 8 buts et 3 passes décisives à en Super League.


Super League - Golden Boy, une histoire solide

À ce stade, le joyau du FC Zürich intègre la catégorie des joueurs suisses pouvant jouer un rôle crédible dans l'obtention de ce titre. Car oui, ce n'est pas la première fois que des joueurs du championnat de Suisse font partie des nominés. Si certains anciens nominés n'ont pas encore vraiment prouvé qu'ils y avaient leur place, d'autres auraient pu jouer un rôle majeur au classement final. On pense notamment au Golden Boy 2011 avec la présence des diamants du FC Bâle Xherdan Shaqiri et Granit Xhaka. Alors sous le feu médiatique européen, XS éblouit la planète foot avant de s'engager au Bayern Munich, alors que Granit Xhaka l’imite en rejoignant le Borussia Mönchengladbach.


Il a ensuite fallu attendre l'avènement d'un autre prodige, suisse et bâlois encore une fois. L'année 2016, c'est Breel Embolo qui fait les gros titres. Un titre de Golden Boy qui sera finalement décerné à Renato Sanches devant Marcus Rashford, Kingsley Coman et notamment Leroy Sané.


"Cela peut débloquer des situations. Certains clubs hésitants peuvent passer le cap à la sortie de cette liste. C'est un bon argument dans les négociations contractuelles et un bon coup de projecteur pour le joueur."

Un coup médiatique idéal pour un transfert

La liste des possibles futurs Golden Boy, c'est surtout l'occasion de s'assurer d'être dans le carnet de note des recruteurs européens. Pour la plupart, c'est bien entendu déjà le cas. Cette nomination honorifique peut également avoir "un poids dans les négociations contractuelles avec un club" nous confie un agent de joueurs.


Ce sera sûrement le cas pour nos 6 représentants qui, dans la grande majorité, n'ont pas un avenir complètement éclairci. La Super League, elle, attend avec impatience ses futurs pépites pour essayer de battre ce record 2022 de 6 représentants.