Rechercher

Groupe B, un fort accent britannique

Poursuivons notre série avec le groupe B. Ce dernier aura un fort accent anglophone avec la présence de l’Angleterre, des Etats-Unis et du Pays de Galles. La quatrième nation de ce groupe est l’Iran. Ces derniers, issus du chapeau 3 du tirage au sort, joueront-ils les troubles fêtes ? Analyse des forces en présence.

Bastien Feller

Angleterre

La sélection anglaise, dirigée par le très critiqué Gareth Southgate, fait partie des sélections qui pourraient aller loin, voire très loin, dans ce tournoi. En effet, son effectif est pléthorique et tous les postes sont doublés et parfois même triplés. De quoi nourrir de grandes attentes chez des supporters anglais qui auront d’ailleurs à cœur de pouvoir enfin fêter un nouveau titre international après celui de 1966. Ces derniers auront également l’envie d’oublier la défaite en final du dernier Euro, à domicile, face à l’Italie. Cependant, sur le terrain, cette déception du dernier tournoi européen a fait sombrer la sélection des « Three Lions » dans une spirale négative dont elle ne semble pas savoir comment sortir. En effet, la sélection anglaise a récemment été reléguée en division B de la Ligue des Nations et enchaine les prestations en demi-teinte. De quoi laisser craindre un nouvel échec lors de la Coupe du Monde.


Etats-Unis

Le retour de la sélection américaine en Coupe du Monde après son échec de 2018, qui avait stoppé une série de 6 participations consécutives, s’est joué à peu de choses. En effet, l’équipe entrainée par Gregg Berhalter doit son salut à sa différence de buts supérieur à celle du Costa Rica. Les USA pourront donc participer à leur 11e phases finales et auront grâce, à de jeunes joueurs de grandes qualités comme Sergino Dest, Giovanni Reyna, Weston McKennie, Timothy Weah ou encore Christian Pulisic, de quoi espérer réaliser un joli parcours comme celui réalisé lors de la Coupe du Monde 2002. Lors de cette édition, « Team USA » avait atteint les quarts de finale, éliminé sur le plus petit des scores par le futur finaliste allemand. Cependant, s’ils entendent atteindre ce stade de la compétition, les joueurs américains devront élever leur niveau de jeu et proposer autre chose que lors de leur dernier rassemblement (1 défaite contre le Japon et un match nul face à l’Arabie Saoudite).


Iran

Issu des qualifications asiatiques et souverain dans son groupe de qualification, l’Iran aura l’occasion de disputer sa troisième phase finale de rang. La sélection menée par le sélectionneur portugais Carlos Queiroz est en constante progression depuis quelques années et, même si elle ne possède pas de joueurs de renommées internationales, compte sur sa force d’équipe et sa bonne défense pour espérer passer le premier tour. Qualification qui serait d’ailleurs historique pour l’actuel 20e du classement FIFA qui devra malheureusement également évoluer dans un contexte compliqué en raison de ce qu’il se passe dans leur pays.


Pays de Galles

64 ans après sa demi-finale de 1966, les Gallois font leur retour en Coupe du Monde ! Qualifié lors du barrage européen face à l’Ukraine, la sélection des « Dragons » poursuit logiquement sa progression des 10 dernières années. Dans ce laps de temps, la sélection galloise a vu son équipe se développer considérablement avec comme preuve le gain de 98 places au classement FIFA, la qualifications pour les Euros 2016 et 2020 dont ils n’ont été éliminés respectivement qu’en demi et huitièmes de finale. Le sélectionneur Robert Pope devrait pouvoir compter sur un effectif composé de jeunes joueurs talentueux comme Daniel James, Neco Williams ou encore Ethan Ampadu et d’éléments très expérimentés tel que le capitaine Gareth Bale, Ben Davies et Aaron Ramsey. De quoi logiquement prétendre à la lutte pour une qualification au deuxième tour.