Rechercher

Groupe G, un (presque) remake de 2018

Il y a également des airs de déjà vu dans ce groupe puisque 3 équipes qui le composent, le Brésil, la Suisse et la Serbie, se sont déjà affrontées dans le quatuor E en 2018. Quant au dernier membre, exit le Costa Rica et bienvenue au Cameroun ! Ce changement ne fait que rendre le groupe encore un peu plus serré et lui confère le surnom de « groupe de la mort ». Voici pourquoi.

Bastien Feller

Brésil

Y-a-t-il encore besoin de présenter la Selecao ? 5 fois vainqueurs de la compétition et présente lors des 22 éditions, la sélection brésilienne fait, comme d’habitude, partie des favoris au titre final. En effet, son effectif lui procure ce statut. Si l’élimination en quart de finale face à la Belgique lors du mondial 2018 et la défaite en finale de la Copa America face à l’Argentine en 2021 ont fait mal, Neymar, Casemiro, Thiago Silva, Dani Alves et Marquinhos auront à cœur de ramener enfin une sixième étoile à leur pays. Pour cela, les cadres du sélectionneur Tite pourront compter sur l’appui d’une jeunesse, à l’image de Vinicius Jr, Lucas Paqueta, Bruno Guimaraes, Antony, Gabriel Martinelli, Eder Militao ou encore Rodrygo, qui brille actuellement en Europe. De quoi nourrir de grosses ambitions pour un pays qui n’a plus fêté de sacre mondial depuis sa victoire lors de l’édition 2002 en Corée du Sud et au Japon. Sauf surprise majeure, cette équipe devrait terminer première de ce groupe.


Suisse

Fini le rôle de petit poucet qui se contente de se qualifier pour les 8e, l’Equipe Suisse a maintenant des ambitions ! En effet, rarement des joueurs suisses ont évoqué une volonté claire de gagner une Coupe du Monde comme l’ont fait récemment Manuel Akanji et Granit Xhaka. Après tout, pourquoi pas ne pas se permettre de rêver lorsque l’on voit la campagne de qualification réussie, en terminant devant l’Italie, les bons matchs de préparation face à l’Espagne et le Portugal. Sans oublier l’état de forme étincelant de plusieurs joueurs de cette sélection. Breel Embolo semble être dans la forme de sa vie depuis son transfert à Monaco et son replacement dans l’axe, Manuel Akanji est lui aussi transformé depuis son transfert et son implantation dans le 11 de Pep Guardiola à Manchester City, Xhaka est devenu l’un des meilleurs milieux de Premier League grâce à son gros début de saison à Arsenal, Okafor fait saliver les plus grands clubs d’Europe grâce à son talent et Yann Sommer, avant sa blessure, semblait infranchissable avec la Nati ! De quoi se permettre de faire rêver tout un pays. Oui mais, avant d’y arriver, il faudra se sortir de ce groupe qui est tout sauf facile. En effet, la présence de la Serbie, qui avait déjà été compliquée à battre en 2018 et qui s’est renforcée depuis, et du Cameroun, récent demi-finaliste de la CAN, laisse présager une véritable bataille pour une place au prochain tour. On y croit !


Serbie

Cette équipe voudra prendre sa revanche, notamment sur la Suisse, lors de cette édition 2022 ! En effet, la sélection serbe a mal vécu son élimination lors de la Coupe du Monde 2018 et les événements qui ont marqué la rencontre face à la Nati ont fait couler beaucoup d’encre. Au-delà de la vengeance, cette sélection, entrainée par Dragan Stojkovic, possède des arguments footballistiques qui pourraient lui permettre de réaliser un joli parcours. En effet, l’effectif des Aigles compte des joueurs évoluant dans certains grands clubs européens comme Sergej Milinkovic-Savic à la Lazio, Filip Kostic et Dusan Vlahovic à la Juventus, Marko Grujic à Porto, Dusan Tadic à l’Ajax ou encore Luka Jovic à la Fiorentina. Quant à l’état de forme de cette sélection au moment d’arriver au Qatar, il est très bon puisqu’une promotion en Ligue A de Ligue des Nations a été obtenues et le bilan est de 4 victoires lors des 5 derniers matchs (1 nul). La Serbie sera donc compliquée à jouer et se battra, certainement, pour la deuxième place du groupe.


Cameroun

Après son absence lors de l’édition 2018, la sélections des Lions indomptables est de retour en Coupe du Monde. La sélection de Rigobert Song arrive au Qatar avec de grosses ambitions comme l’a reconnu le président de la fédération camerounaise de foot, le grand Samuel Eto’o, qui prédit la victoire finale de son pays. Cela est-il réellement envisageable ? Nous avons de la peine à y croire malgré la présence de bons joueurs tel que Frank Anguissa, Karl Tolo Ekambi, André Onana, Vincent Aboubakar ou encore Eric Maxim Choupo-Moting. Sans oublier d’évoquer deux visages bien connus de notre championnat suisse et plus particulièrement d’YB : Jean-Pierre Nsame et Nicolas Moumi Ngamaleu (maintenant à Moscou). Un effectif qui semble, sur le papier, moins fort que celui de la Serbie, de la Suisse et naturellement du Brésil, mais qui devrait leur permettre de jouer une place pour le prochain tour. D’autant plus que les récents résultats, 2 défaites face à l’Ouzbékistan et la Corée du Sud ainsi qu’un nul face à la Jamaïque, ne donnent pas la possibilité à cette équipe d’arriver au Qatar rempli de confiance.