Rechercher

Isaiah Okafor, le "Pogba suisse"

Dans la série "Swiss Talent Watch", Bolzplazz présente à chaque fois un talent suisse. Aujourd'hui, focus sur Isaiah Okafor qui s'efforce de percer dans l’Académie du Bayer Leverkusen.

Crédit photo: Bayer Leverkusen

Bolzplazz

Okafor, un nom qui est désormais connu de tous les fans de football en Suisse. La raison principale : Noah Okafor, le frère aîné d'Isaiah. Ce dernier a propulsé l'équipe nationale suisse à la Coupe du monde en novembre dernier et a également fait les gros titres en Ligue des champions avec le RB Salzbourg. Noah n'est pas le seul footballeur talentueux de la famille Okafor. Ses deux jeunes frères, Elijah (18 ans, FC Bâle) et Isaiah (17 ans, Bayer Leverkusen), sont également promis à un grand avenir. Avec Noah, ils ont pour objectif de graver le nom d'Okafor dans l'histoire du football suisse. Le plus jeune de la famille, Isaiah, est justement considéré comme exceptionnellement talentueux. Il est temps pour nous d'examiner de plus près l'international suisse des moins de 17 ans.

De la paisible ville d'Arisdorf à Leverkusen

Aussi loin qu'Isaiah se souvienne, le football a toujours joué un rôle dans sa vie. Dès l'âge de 5 ans, il a rejoint le département junior du FC Bâle. Un maillot qu’il portera pendant 11 ans. Durant cette période, le petit garçon est devenu un adolescent sûr de lui avec de grands projets - et un très grand potentiel footballistique. Okafor est originaire d'Arisdorf, une paisible localité du canton de Bâle-Campagne. Dans cette région, le grand FCB est le seul club professionnel à avoir un rayonnement énorme. Pour le jeune homme de 17 ans, le FC Bâle est également la référence. Toute sa vie, il n'a connu qu'un seul club. Et pourtant, depuis peu, il ne joue plus pour "son" FCB ! Pour réaliser son rêve, Okafor a décidé d'accepter une offre du Bayer Leverkusen, un club allemand de premier plan, à l'hiver 2022.


Depuis fin janvier, son nouveau lieu de vie n'est plus le petit village de 1’500 habitants d'Arisdorf, mais la grande ville de Leverkusen, située à proximité de métropoles allemandes comme Düsseldorf ou Cologne. Il y vit dans son propre appartement, encadré par une famille d'accueil. Un grand pas pour un jeune joueur qui montre aussi de manière exemplaire avec quel dévouement Okafor poursuit son rêve d'une carrière de footballeur. Malgré la distance qui le sépare de sa famille et les nombreuses privations qu'implique l'objectif de devenir footballeur professionnel, il a très bien réussi son adaptation en Allemagne : "Mes coéquipiers m'ont super bien accueilli et cela me rend tout simplement incroyablement fier de pouvoir être ici", nous dit-il dans un entretien.


Au FC Bâle, Okafor jouait dernièrement dans l'équipe des moins de 17 ans. Mais à peine arrivé à Leverkusen, il a directement gravi deux échelons. Grâce à de fortes performances lors de certains entraînements et des matchs tests avec les M19, il a été rapidement promu après avoir obtenu son autorisation de jouer. Dès la nouvelle saison, il devrait faire partie de l'effectif des U19 et acquérir ainsi de l'expérience en Bundesliga junior. L'équipe des moins de 19 ans de Leverkusen compte de nombreux talents internationaux : outre Okafor, il y a l'ex-joyau de l'attaque du Barça Iker Bravo, le magicien du ballon danois Zidan Sertedemir ou l'attaquant suédois Jardell Kanga. Un environnement idéal pour progresser.

Un stratège en chef sur le terrain

La famille Okafor est intéressante : chacun joue à un poste complètement différent et apporte des points forts différents. Alors que Noah est connu pour faire fureur en attaque grâce à sa vitesse et à sa qualité en un contre un, Elijah, défenseur central ou latéral athlétique, tient la dragée haute en défense. Isaiah, quant à lui, évolue au centre, où il combine la classe technique de Noah avec la détente d'Elijah. "Ma position préférée est le six, mais je peux aussi jouer en tant que huitième ou défenseur central", explique-t-il. En fait, Okafor est à l'aise dans tous les rôles centraux. En effet, c'est lorsqu'il a le ballon dans les pieds qu'il peut le mieux se mettre en valeur et diriger le jeu de son équipe.


Pour pouvoir remplir au mieux ce rôle de maître à jouer, il bénéficie d'un package extrêmement intéressant. La plus grande force d'Okafor est son excellent jeu de passes - précis, sensible et propre. Sa particularité : il est ambidextre. Il peut distribuer ses ballons aussi bien avec son pied droit que son pied gauche, Une qualité de plus en plus recherchée dans le football moderne. En combinaison avec sa superbe vision du jeu et de ses capacités techniques, il peut ainsi prendre le jeu à son compte. En tant que leader de l'équipe, Okafor met la musique sur le terrain avec de beaux ballons verticaux, des passes en profondeur et des courses vers l’avant.


Il se révèle également être un leader défensivement avec agressivité, force dans les duels et bon sens replacement. Ces skills complet lui permet d'être utilisé à de nombreuses positions différentes. "On n'a que des avantages à être flexible", estime le jeune homme de 17 ans.


Le «Pogba suisse » ?

Okafor dispose donc manifestement de dispositions extrêmement prometteuses. Mais en tant que frère de la star de la Nati Noah, il bénéficie d'une attention supplémentaire. Ces dernières années, le youtubeur football Cubanito a déjà mis plusieurs fois le jeune milieu de terrain sur le devant de la scène. Le surnom de "Swiss Pogba" s'est alors imposé pour Okafor. Mais il existe tout de même certaines différences : Pogba est un joueur extrêmement athlétique et séduit par sa puissance physique. Sur ce point, le joueur de Leverkusen a encore un certain retard à rattraper. Il le dit d'ailleurs lui-même : "J'ai un potentiel d'amélioration dans le domaine athlétique". Avec sa taille (1,83 m), il a encore une marge de progression ce qui n'est pas surprenant pour un joueur aussi jeune.


Dans la sélection suisse des moins de 17 ans - encadrée par l'ancien joueur de l'équipe nationale Johan Vogel - Okafor est déjà une valeur sûre. Au sein d'une équipe passionnante composée de l'ailier du GC Malik Deme, du numéro 6 de Servette Adriatik Salihi ou de la machine à marquer du FCZ Labinot Bajrami, il jouera également à l'avenir un rôle important de meneur grâce à son expérience à l'étranger. Son objectif est clair : devenir professionnel en Allemagne, puis suivre les traces de son frère aîné dans l'équipe nationale suisse. Il possède sans aucun doute le bagage nécessaire pour y parvenir.