Rechercher

Le FC Bâle et Young Boys ont-ils vendu le titre cet hiver ?

Dernière mise à jour : 10 oct.

Avec leurs multiples départs de joueurs vedettes lors du mercato d’hiver, la question doit être posée. Le FC Bâle et Young Boys ont-ils vendu leurs chances de titre en faveur du FC Zürich ? Les premiers matches après la reprise semblent le confirmer.


Le FC Bâle et Young Boys ont-ils pêché par orgueil ou sous-estimé le FC Zürich ? Ou n’avaient-ils tout simplement pas le choix, obligés de dégraisser et de vendre leurs pépites dans ce système et modèle économique des grands clubs de notre pays.


Le FC Bâle perd une star par ligne Tous les supporters du FCB le redoutaient et le savaient, Arthur Cabral allait finir par partir. La question était de savoir quand. Si début janvier l’espoir pouvait être permis, la fin du mois a été terrible pour les fans bâlois. Voyant tour à tour Edon Zhegrova, Artur Cabral et enfin Eray Cömert quitter le club. Trois départs de joueurs expérimentés en fin de mercato et trois éléments difficile voire impossible à remplacer un par un. Le club rhénan a ainsi renfloué ses caisses et réduit son déficit mais il a certainement dit aurevoir à ses dernières chances de titre. Son début de deuxième partie de championnat compliqué avec sa défaite contre YB et le nul contre Sion l’ont prouvé. Le licenciement surprise de Patrick Rahmen ne devrait que rajouter de la tension au sein de l'équipe bâloise.


Young Boys au régime light pour le printemps

Du côté de Young Boys, on a passablement dégraissé également avec un départ dans tous les compartiments de jeux. Tout d’abord Hefti et Aebischer en série A pour près de 5 Mio chacun. Puis, le jackpot avec Christopher Martins en Russie pour plus de 10 Mio. Enfin, le convalescent Jean-Pierre Nsamé qui rejoint lui aussi l’Italie. On se dit là également que les Bernois ont vendu leurs chances de 5ème sacre consécutif. Longtemps, pourtant, Christoph Spycher et les dirigeants de la capitale ont eu pour philosophie de ne pas se séparer des joueurs cadres et de vendre simplement pour récupérer des montants juteux. Peut-être qu’à l’instar des Bâlois, ils ont estimé le timing idéal.


Pas de départ majeur au FCZ

Contrairement à ses deux grands rivaux pour le titre, le club zurichois n’a pas vendu de joueur titulaire pendant ce mercato hivernal. Mieux, il se sont encore renforcés en défense avec l’Estonien Mets et semblent tout aussi prêts pour le titre qu’au mois de décembre. Pressants et conquérants, ils sont les favoris numéro un au titre. La reprise du championnat confirme cette tendance avec des victoires à la clé et de la réussite. Attention toutefois à ne pas faiblir lors du dernier quart de championnat.

Quelques renforts intéressants. Est-ce suffisant ?

Si les départs sont nombreux chez les poursuivants du FC Zürich, les arrivées ont quelque peu pu compenser les pertes en fin de mercato. Assez pour encore croire au tire ? Young Boys nous a offert ce dont il nous a habitué depuis plusieurs saisons. À savoir un recrutement intelligent avec les jeunes talents suisses Racciopi et Edmilson Fernandes et les talents étrangers Varga et Niassé. Les pertes semblent donc bien compensées et maitrisées, en tous cas sur le papier. Reste à voir si la symbiose et les automatismes seront présents sur le terrain.


Enfin du côté bâlois, la direction a été moins studieuse avec des transferts qui ressemblaient plus à des seconds choix qu’à une short liste. Ainsi, Chalov mais surtout Pavlovic sont des joueurs en devenir avec une valeur marchande très élevée. Ils pourraient combler certaines lacunes des départs de janvier. L’apport de Szalai et de ses 34 ans posent plus de questions et n'entrent pas tellement dans la philosophie du club. Néanmoins, le capitaine de l’équipe nationale de Hongrie pourra amener toute son expérience et son sens du collectif au FCB. Assez pour conquérir le titre ou pour assurer tout juste la 3ème place ? Réponse ce week-end avec un déplacement prévu à Zurich.