Rechercher

Le FC Sion, nouvelle terre d’accueil des anciens cadres du championnat ?

Dernière mise à jour : 14 juil.

Longtemps classé parmi les instables et imprévisibles du championnat suisse, le FC Sion a réussi à retrouver un semblant de sérénité depuis deux saisons. Alors que Christian Constantin doit encore trouver son successeur, les derniers transferts montrent un changement de cap en Valais.
Crédit photo: FC Sion

Ludo

Changement d’entraîneurs, joueurs inconnus du grand public, grogne du président, tous ces éléments ont terni la réputation du FC Sion et ont conduit à une grand instabilité sportive cette dernière décennie. Malgré plusieurs victoires en Coupe de Suisse, le compte n’y était pas pour la plupart des observateurs. Néanmoins, les choses semblent changer du côté sédunois. Christian Constantin deviendrait-il un sage ?


Un encadrement intelligent

Ainsi au niveau de l’encadrement, les Valaisans ont d’abord recruté Gelson Fernandes qui devait être le successeur de la direction. Lui l’enfant de la région et un des plus gros transferts du club. Après une année, il a choisi un nouveau défi auprès de la FIFA mais la venue de Pablo Iglesias devrait rassurer les fans sédunois. Un homme de la formation, prônant le développement de la jeunesse et fin connaisseur du système et du football suisse. Il n’y a rien à redire, le FC Sion est sur le bon chemin.

Au niveau des joueurs, le FC Sion semble aussi avoir changé de fusil d’épaule. Si on était habitué à des jeunes Brésiliens ou des jeunes joueurs d’Afrique, ces derniers mois ont prouvé que la stratégie a changé. En recrutant des joueurs qui ont fait leurs armes en Super League, les dirigeants sédunois trouvent aussi plus d’équilibre sur et en dehors du terrain. Et si sérénité était devenu le maître mot en Valais ? On en veut pour preuves, les arrivées du FC Bâle de Kevin Bua, Luca Zuffi ou le retour de Giovanni Sio. Ou encore, les récents transferts de Loris Benito et Numa Lavanchy. Il y a également eu le joli coup Guillaume Hoarau qui vient de faire ses adieux au public valaisan. Sans avoir un recrutement digne d'un futur champion de Suisse, vous avez là une base saine qui a connu plusieurs titres de champions de Suisse. Le défi est donc de bien mélanger ces joueurs expérimentés avec des jeunes pousses. Dernier joueur expérimenté ciblé, Heinz Lindner le gardien du FC Bâle et meilleur gardien de la saison passée. L'envie de travailler ensemble est là mais sans faire de folie selon Christian Constantin. Un calme olympien qui pourrait faire craquer David Degen qui cherche à se séparer de l'Autrichien.


Des entraîneurs dans la moyenne suisse

Et ce n'est pas tout, le club valaisan semble s'être également équilibrer dans la rotation de son staff technique. Par le passé, les changements d'entraineur sous Christian Constantin furent nombreux, près de 30 au total. Néanmoins, cette période semble presque révolue avec l’intronisation de Paolo Tramezzani. D'autres clubs helvétiques semblent bien moins stable, à commencer par Bâle, Young Boys ou Lucerne. Alors, le FC Sion a-t-il changé ses mauvaises habitudes ? Il faut le croire, en attendant avec impatience les prochains développements.

Quoi qu’il en soit, l’équipe aux 13 Coupes de Suisse a maintenant une base solide pour travailler et progresser sereinement. Pablo Iglesias va apporter toute son expérience et son œil aguiché pour que le FC Sion retrouve l'Europe. Le nouveau format à 12 équipes de la Super League ainsi que les play-offs pourraient avantager les Sédunois fort de leur esprit de "Coupe". S’installer durablement dans la peau d'un club de haut de tableau du championnat ? C'est l'objectif de ce nouveau FC Sion.