Rechercher

Les débuts presque parfaits des clubs romands en Challenge League

Quatre clubs romands étaient au départ de cette saison 2022-2023 de Challenge League. Avec la mise en place d’une Super League à douze équipes dès la saison prochaine, trois clubs pourraient connaitre le bonheur d’une promotion dans l’élite au printemps prochain. Et si c’était des clubs romands ?
Crédit photo: Lausanne-Sport

Téo

Yverdon - Sport, un début de saison idyllique

La statistique du début de saison: 62

C’est le nombre de minutes qu’il faut, en moyenne, à Koro Koné pour scorer cette saison. En 246 minutes de jeu, l’attaquant Ivorien a marqué à quatre reprises.


Si on avait prédit au club du nord-vaudois qu’il serait leader du classement au terme de ces trois premières journées, il aurait signé les yeux fermés. D’autant plus lorsque ses résultats se trouvent couplés avec la manière. Sous les ordres de son nouveau coach, l’ex-international helvétique Marco Schällibaum, Yverdon nous a surpris à pratiquer un football bien plus plaisant et offensif que ce à quoi le club nous avait habitué sous Forte la saison dernière. Preuve en est, Yverdon est aujourd’hui la meilleure attaque du championnat, avec huit buts inscrits en trois rencontres.


Après un premier derby contre Stade-Lausanne lors de la première journée, où les Yverdonnais ont buté sur un grand Danny da Silva – un penalty arrêté et cinq arrêts – le club du Stade Municipal a pioché lors de la seconde journée contre Vaduz. Menant encore 3-1 à moins de dix minutes du terme, Yverdon pourra regretter son grand nombre d’occasions galvaudées. Résultat: trois buts partout, et une égalisation arrachée sur penalty au bout du temps additionnel par les Liechtensteinois.


La victoire contre Thoune le weekend dernier a permis aux Yverdonnois de s’installer seul en tête de la Challenge League. Face à un sérieux prétendant au podium, Yverdon a fourni une prestation complète. Après une saison dernière peu enthousiasmante dans le jeu, YS s’est redécouvert un plaisir à attaquer, à produire un jeu attractif et reste la seule équipe encore invaincue cette saison.


Ils brillent en ce début de saison: Evidemment, il est difficile de ne pas citer Koné et ses deux doublés lors des deux derniers matchs. Mais, il est également important de relever le début de saison de Brian Beyer. Le français, qui évoluait encore en Premier Ligue Promotion il y a de cela six mois – au FC Bienne – réalise un fantastique début de saison, faisant de lui le meilleur passeur du championnat à l’heure actuelle avec trois assists. Il s’est notamment fait l’auteur d’une prestation de choix dans le derby contre SLO, avec un but et une passe décisive.


Stade-Lausanne-Ouchy, des débuts de matchs pénibles

La statistique du début de saison: 4

C’est le nombre de penalty concédé par la défense du Stade-Lausanne, en trois journées seulement. C’est trop, beaucoup trop. Les Stadistes sont pour l’instant en réussite, puisque leur manque de lucidité dans leurs seize mètres ne leur a, pour l’instant, pas coûté – trop – cher.


Cette statistique relate du manque de concentration stadiste, qui se reflète également dans le minutage des buts encaissés par les Sud-Lausannois. En trois journées, ils ont à chaque fois concédé l’ouverture du score, toujours en entame de match: 11e minute contre Yverdon, 3e minute contre Wil, 8e minute contre Bellinzone. Un manque de concentration en début de match qu’il faudra savoir gommer avec le temps si les Stadistes ne veulent pas perdre trop de points, qui pourraient couter cher au décompte final. Car si pour l’instant, ils ont toujours su revenir au score après ces moments d’absences. Attention, commencer le match avec un but de déficit peut devenir moralement pesant sur le long terme.


Cependant, ce manque de concentration peut également ressortir la force de réaction. Celle qui leur permet de revenir juste avant la pause contre YS (avant de concéder le 2-1 sur… penalty), de tenir leur avance d’un but contre Wil malgré le fait d’avoir évolué à 10 pour la dernière demi-heure, ou encore celle leur ayant permis d’en planter 4 à Bellinzone dans un Stadio Communale ou plusieurs équipes iront se casser les dents cette saison, comme le LS lors de la première journée.


Ils brillent en ce début de saison: Premièrement, Teddy Okou et ses trois buts en trois matchs, soit autant de buts inscrits que sur tout l’exercice précédent pour le milieu de couloir formé au Havre. Puis, la bonne surprise Rayan Kadima; avec ses 31 duels gagnés en trois matchs, dont 15 duels aériens (le plus haut total du championnat), le défenseur central français se positionne comme le leader de la défense stadiste avec Lavdrim Hajrulahu.


Lausanne-Sport, le favori prend son rythme

La statistique du début de saison: 4.28

C’est le nombre de xG – expected goals – du LS sur ses deux derniers rencontres (contre Aarau et Schaffhouse). Avec sept buts réellement inscrits, cela démontre l’efficacité offensive du Lausanne Sport sur ses deux dernières sorties, avec un nombre de but marqué supérieur de 2.73 à celui attendu.


Grand favori pour la promotion en Super League, le LS a pourtant très mal commencé sa campagne 2022-2023. Sous le soleil tessinois, les Lausannois se sont fait surprendre par Bellinzone, dans un Stadio Communale où il sera difficile de se déplacer cette saison. Des Vaudois transparents et incapable de porter le danger devant la cage de Joël Kiassumbua, se sont logiquement incliné sur la plus petite des marge (1-0).


Les Lausannois ont ensuite très bien réagi sur les deux matchs suivants contre des adversaires que l’on retrouvera probablement à la lutte pour la promotion au printemps prochain. Une large victoire contre Schaffhouse, récent barragiste contre Lucerne (5-1) et une solidité de groupe au Brügglifield contre Aarau, malgré une fin de match soufferte (1-2). Avec un jeu rapide et porté vers l’attaque, le LS a montré une grande réaction lors de ces deux derniers matchs faisant preuve d’un grand réalisme offensif. Le tout en prenant en compte que Ludovic Magnin n’a probablement pas encore eu tout le loisir de mettre à bien ses principes de jeux qui, s’ils se développent comme contre Schaffhouse, peuvent permettre à Lausanne de rapidement faire la course en tête dans ce championnat.


Ils brillent en ce début de saison: Brighton Labeau confirme son instinct de buteur découvert l’année dernière (16 buts et 7 assists sous les couleurs du SLO), avec déjà trois buts en autant de matchs, dont un joli slalom dans la défense argovienne le weekend passé. Le jeune talent vaudois Alvyn Sanches se démarque également. Avec beaucoup de personnalité dans l’entre-jeu lausannois, il en est déjà à deux buts depuis le début de la saison. Il est également le second joueur ayant subi le plus de faute dans ce championnat (8) prouvant sa grande capacité de projection. Il sera intéressant de le voir évoluer dans ce rôle un peu plus reculé par rapport à la saison dernière.


Neuchâtel Xamax, une saison qui se doit d’être – enfin – lancée

La statistique du début de saison: 1

C’est le nombre de but inscrit par Neuchâtel Xamax lors des trois premières journées de championnat. Autant dire qu’en 26 tirs tentés depuis le début de la saison, le ratio est catastrophique. Xamax marque lors de 3.8% de ses tirs tentés. En comparaison, Yverdon fait mouche lors de 21% de ses tirs tentés. Au décompte final, c’est un but marqué pour 4.21 xG lors des trois premières rencontres pour les Xamaxiens.


Jean-François Collet maintient ses dires: Neuchâtel Xamax vise le top 5, mais pas la montée. Malgré ces paroles, dans une saison avec 20% de promus direct, cela doit être dans les plans neuchâtelois que de viser la promotion. Pourtant, les hommes de Binotto peinent en ce début de saison. Et ce n’est qu’un euphémisme. Après une pré-saison relativement encourageante (courte défaite 2-1 contre YB et match nul 1-1 contre Bâle, alors qu’ayant évolué à 10 contre 11), Xamax se devait de viser la promotion en fin de saison. Les résultats de ce début de saison ne vont pas dans ce sens.


Un constat accablant, le manque de tranchant dans les zones de vérité; manque de réalisme offensif, et passivité en zone défensive. Preuve en est: un match dominé contre Wil, mais zéro but marqué et deux buts concédés à cause d’une défense trop passive. Un manque de concentration en toute fin de première mi-temps, suivi d’une mésentente entre Ouattara et Guivarch contre Aarau mèneront au même résultat. Même constat contre Schaffhouse, avec une première mi-temps dominée (10 tirs à 2 en faveur des Xamaxiens). Mais, dominer n’est pas gagner. Alors, il suffira d’un coup-franc à la suite d’une faute anodine, puis d’une erreur de relance de la défense xamaxienne pour permettre aux schaffhousois de prendre les devants (2-0).


Difficile si ce n’est impossible de trouver un point positif dans ce début de saison neuchâtelois. Pire attaque du championnat - 1 seul but inscrit - et pire défense ex-aequo avec Vaduz - 6 buts encaissés. Lanterne rouge, la pression monte pour les Rouge et Noir. Pression qu’il faudra user à bon escient pour la réception d’Yverdon ce weekend à l’occasion du premier derby du lac de la saison. Avant d’enchainer contre Lausanne le weekend suivant. Les semaines risques d’être longues du côté de la Maladière.


Ils brillent en ce début de saison: évidemment difficile de ressortir un homme dans une situation compliquée comme la vit le club de la Maladière. Cependant, nous ressortirons le nom d’Alexandre Pasche. Après deux saisons quasiment blanches, l’ancien lausannois et servettien peut être un élément prépondérant à mi-terrain pour les Neuchâtelois. Sobre et élégant, le milieu de terrain a toutes les qualités et l’expérience nécessaires pour aider Xamax à se relever, à condition bien sûr que les blessures nous laissent profiter de son talent.


Les confrontations directes reprendront dès cette semaine. Ces confrontations seront importantes pour nos quatre clubs romands. Dès le weekend prochain, nous auront droit à deux derbys, un derby 100% lausannois au stade de la Tuilière, ainsi qu’un match prépondérant pour Xamax dans son objectif de lancer sa saison, contre le leader Yverdonnais à domicile. Des matchs à ne manquer sous aucun prétexte.