Rechercher

Les héros de la promotion du FC Winterthur

Dernière mise à jour : 27 mai

Le FC Winterthur est parvenu à monter en Super League au terme d'un suspense incroyable ! Il est temps de rendre hommage aux héros de la promotion du FCW et de découvrir qui ils sont.

Crédit photo: FC Winterthur

Bolzplazz

La saison 2021/22 de Challenge League a été riche en rebondissements. Jusqu'à la dernière journée, Aarau, Winterthour et Schaffhouse se sont battus pour la première place. C’est finalement les habitants de la ville de l'Eulach qui ont balayé le SC Kriens 5 à 0 qui se sont emparés du titre de champion grâce à un sérieux faux pas d'Aarau (défaite 2-1 contre Vaduz).


Après 37 ans (!), le FC Winterthur retrouve enfin la plus haute division suisse. Les scènes après le coup de sifflet final sont inoubliables pour toutes les personnes présentes. Des milliers personnes ont afflué vers l'hôtel de ville de Winterthour pour fêter avec l'équipe ce succès historique. Le canton de Zurich comptera ainsi trois équipes de Super League à partir de la saison prochaine. Un potentiel de fans impressionant qui a vu le FCW dépasser les Grasshoppers en termes de nombre de spectateurs cette saison déjà. Depuis des semaines, le stade culte de la Schützenwiese, qui accueille plus de 9000 supporters, a toujours affiché complet jusqu'à la dernière place. La capacité devrait encore augmenter pour la Super League, ce qui garantirait un nombre de spectateurs à deux chiffres.


Le FC Winterthur a toujours été synonyme de beaucoup de choses comprenant la culture, la tradition, la solidarité, la promotion des jeunes et l’enracinement local, mais jamais de succès sportif. Cela a enfin changé cette saison. Quelles sont les personnes responsables de ce succès ? Nous allons nous pencher sur les principaux héros sportifs de la promotion de Winterthour.

Alex Frei, un entraîneur pour la bonne attitude

L'hiver dernier, le FCW a licencié l'entraîneur en chef allemand Ralf Loose, en poste depuis de nombreuses années, après plusieurs semaines de baisse de régime. Pour lui succéder, la direction a présenté de manière quelque peu surprenante l'entraîneur rookie Alex Frei, qui a pu mûrir et agir pendant un an et demi au sein du petit FC Wil. Il est rapidement devenu une figure clé du collectif de Winterthour et représentait mieux que quiconque les nouvelles ambitions sportives du club. Frei a apporté au club l'ambition et la volonté de gagner, il a atteint l'équipe par la mentalité et l'attitude. Sans lui, cette ascension n'aurait guère été possible. Depuis des décennies, il manquait en interne le mordant nécessaire et l'envie de réussir. Le nouveau staff technique composé de Frei, de son assistant Davide Callà et du directeur sportif Oliver Kaiser, a secoué la boutique et éveillé un nouvel état d'esprit au sein de l'équipe.


Sous la direction de Frei, la Schützenwiese s'est transformée en forteresse durant le second tour. Depuis son arrivée, l'équipe n'a pas perdu une seule fois à domicile. De toute façon, "perdre" était un mot inconnu pour l'équipe dirigée par Frei. En 18 matches, elle n'est rentrée à la maison sans points qu'à deux reprises. À chaque fois, l'équipe a été capable de rattraper son retard dans les dernières minutes et d'obtenir des points in extremis. Cette conviction constante des joueurs de Winterthour de pouvoir marquer un but jusqu'à la toute dernière seconde est l'œuvre d'Alex Frei. Outre la mentalité, l'entraîneur a également changé la position des jeunes joueurs. Des talents comme Sayfallah Ltaief, Samuel Ballet, Tician Tushi, Arlind Dakaj ou Souleymane Diaby ont franchi l'étape suivante sous sa direction et sont devenus de véritables piliers de l'équipe.


Deux jours seulement après la promotion, Frei rejoint le FC Bâle. Il doit y accomplir une transformation similaire à celle qu'il a réussie à Winti. Pour le FCW, le départ rapide de son entraîneur à succès est bien sûr amer, mais personne ne lui en veut. Frei a accompli un travail historique et est déjà une légende de Winterthour. Tout le monde est conscient qu'il ne peut pas dire non à une offre de "son" FCB. Le marché propose quelques candidats intéressants pour lui succéder et le FCW aura sans aucun doute une solution attrayante pour le début du championnat.

Le meilleur buteur, Roman Buess

Encore élu joueur de Challenge League de l'année 2021 l'hiver dernier, Roman Buess (29 ans) a propulsé le FCW dans la ligue supérieure quelques mois plus tard. Le capitaine d'attaque compte désormais plus de 100 apparitions sous le maillot du FCW et a depuis longtemps atteint un statut culte auprès des fans. Ses qualités dans la surface de réparation n'ont pas d'équivalent en Challenge League. S'il n'avait pas manqué 10 matches cette saison pour cause de blessures, il aurait probablement devancé l'attaquant du FCS Ardaiz (20 buts) dans la course au titre de meilleur buteur. Ainsi, avec 26 matchs et un rendement exceptionnel de 16 buts (dont beaucoup sont éminemment importants), il n'occupe "que" la troisième place de la liste des buteurs. Buess, en tant qu'attaquant expérimenté, jouera également un rôle clé dans la nouvelle saison et marquera ses buts. Il est bien possible qu'un nouveau spectre hante bientôt les surfaces de réparation de la Super League.


Roman Buess, crédit photo: FC Winterthur

Le leader, Granit Lekaj

À l'âge de 32 ans, Lekaj fera enfin ses débuts en Super League dans quelques mois. Le défenseur central acharné a fait près de 340 apparitions en Challenge League, mais n'a encore jamais pu faire ses preuves à l'étage supérieur. Cela va changer ! Chez le promu, il tient les rênes de la défense et, en tant que capitaine, il est le principal leader de l'équipe. Le public apprécie aussi énormément Lekaj avec son style de jeu sans compromis et son engagement inconditionnel. Les plus grandes qualités de l'armoire de 1m87 se situent dans les duels et dans les airs, et il est également toujours dangereux sur les coups de pieds offensifs. Lekaj compense les déficits de vitesse par un bon jeu de position, mais un coéquipier un peu plus rapide que Roy Gelmi ne lui ferait certainement pas de mal.


L’artiste, Roberto Alves

Roberto Alves (24 ans) est peut-être le meilleur footballeur de Challenge League. Techniquement, il n'y a personne à son niveau dans toute la ligue, son intelligence et son pied incroyablement fin sont également inégalés. L'ancien junior de GC joue pour le FCW depuis 2018, avec une courte interruption, et a progressé année après année. L'année de la promotion, il a réalisé sa meilleure saison à ce jour avec 12 buts et 12 passes décisives en 33 apparitions - des chiffres grandioses ! Au FCW, le milieu de terrain offensif est l'homme des moments particuliers et ses prouesses techniques enflamment le stade. Ses balles arrêtées sont également très dangereuses et ses coups francs sont particulièrement redoutés. Alves possède un grand potentiel ainsi il ne serait pas étonnant qu'il soit débauché par un plus grand club cet été.


Les autres piliers de l'équipe

En fait, c'est tout le collectif de Winterthour qu'il faut mettre en avant. Sur les côtés, Tobias Schättin (24 ans) et Souleymane Diaby (22 ans) à gauche, ainsi que Michael Gonçalves (27 ans) et Adrian Gantenbein (21 ans) à droite, ont assuré le spectacle. Au milieu défensif, Thibault Corbaz (28 ans) a brillé en tant que récupérateur de ballons et stratège en chef, tandis que son coéquipier Eris Abedini (23 ans) a brillé en tant que joueur physique.


Dans le secteur offensif, le joueur Samir Ramizi (30 ans), le buteur Neftali Manzambi (25 ans) et le dribbleur Sayfallah Ltaief (22 ans) ont été des foyers de danger permanents.

Si l'équipe reste majoritairement soudée et peut être complétée par quelques transferts judicieux, le FCW pourra peut-être créer quelques surprises en Super League !