Rechercher

Les talents de Challenge League à l’assaut de la Super League

Dernière mise à jour : 14 juil.

Avec les arrivées de Donat Rrudhani à Young Boys, Sayfallah Ltaief au FC Bâle et de Randy Schneider à Saint-Gall, la Super League s’apprête à accueillir une vague de talents en provenance de deuxième division. Un signe encourageant pour un championnat en panne de visibilité. Trois joueurs qui pourraient être suivis par d’autres.
Crédit photo : Association Suisse de Football

Ludo

Quand on entend Young Boys, Bâle ou Saint-Gall en termes de transferts, on imagine assez rapidement l’arrivée de jeunes talents suisses ou étrangers en provenance de la Super League ou d’au-delà de nos frontières. Pour ce début de mercato, ces trois clubs suisses ont choisi de se tourner également vers la Challenge League pour faire leurs affaires. Un choix intelligent d’un point de vue financier bien sûr, mais également sur le plan qualitatif tant les trois recrues sont intéressantes. C’est bien simple, deux des trois joueurs ont déjà goûté au plaisir d’un rassemblement avec une sélection nationale A. Quant à Schneider, il est actuellement international espoir suisse.


Qui sont ces joueurs et peuvent-ils suivre la trace de certains illustres aînés ayant gagné le cœur des fans de Super League après avoir fait leur preuve en Challenge League ? Seront-ils suivis par d’autres talents de deuxième division ? Nous allons essayer d’y voir un peu plus clair.


Un nombre en baisse avec plus de qualités

Vendre en Super League est un schéma qui a toujours été classique pour un club de deuxième division suisse. De la saison 2014/2015 à la saison 2020/21, les clubs de Challenge League vendaient en moyenne 16 joueurs en première division. Il y a même eu un nombre impressionnant de 22 transactions durant la saison 2017/18 avec le transfert phare de Jean-Pierre Nsame au BSC Young Boys. Cependant, le nombre de joueurs à s’être véritablement imposé en Super League a baissé après la saison 2016/17 et les transferts de Christian Fassnacht, Cédric Zesiger, Ezgjan Alioski ou encore Marvin Spielmann.


Une tendance coupée nette il y a deux ans avec les très bons coups Doumbia, Abubakar, Duah et Euclides Cabral. La saison passée, seuls sept transferts ont eu lieu vers la Super League. Mais les réussites de Zeki Amdouni, Amir Saipi et Maren Haile-Selassie démontrent que le talent est bien présent dans la ligue sponsorisée par Dieci.

Saison

Nb de transferts (retour de prêt exclus)

Principaux joueurs transférés

2021/22

7

Amdouni, Saipi, Haile-Selassie

2020/21

16

Doumbia, Abubakar, Duah, E. Cabral

2019/20

11

Stojilkovic

2018/19

12

Kololli

2017/18

22

Nsamé

2016/17

20

Fassnacht, Zesiger, Alioski, Spielmann

2015/16

11

Akanji, Marchesano

2014/15

19

Ravet

Du côté des 10 heureux élus de la Credit Suisse Super League acheter en Challenge League reste une bonne habitude. Cependant, proportionnellement l’écart avec d’autres championnats étrangers ne cesse de diminuer (hors période exceptionnelle Covid-19). La saison passée, la Ligue 1, la Ligue 2 et la Bundesliga étaient même à 1 ou 2 transferts de passer devant.


C’est donc un bon signal pour Ltaief, Rrudhani et Schneider de voir des clubs de l’élite frapper à leur porte.


Sur le papier, tous ont le potentiel nécessaire pour réussir le grand saut et impressionner les stades de première division. Il s’agira surtout pour eux d’apprendre à faire face à une concurrence bien plus importante que dans leur club respectif.


Sayfallah Ltaief

Formé au FC Zürich, le dribbleur d’1m80 n’a jamais réussi à s’imposer en première équipe. Il a choisi l’exil au FC Winterthur pour favoriser sa progression. Après 33 matchs avec les espoirs du club, il dispute 72 matchs pour 8 buts et 4 passes décisives avec la « une » et explose véritablement sous l’ère Alex Frei. Un coach qu’il suit au FC Bâle où ses crochets sont les bienvenus. Une vitrine qui pourrait lui permettre de vite avoir sa première sélection officielle sous le maillot tunisien.


Donat Rrudhani

Son histoire avec la Suisse commence dans la région de Bâle en 2ème ligue interrégionale. C’est le AS Timau qui a eu le nez fin et qui a récupéré un joueur qui évoluait en France. Après une saison en 1ère Ligue du côté des Black Stars avec 15 buts au compteur, il quitte le canton pour rejoindre la Challenge League et le FC Aarau. 96 matchs, 19 buts et 24 passes décisives pour celui qui a failli mener le club argovien en Super League cette saison. À 23 ans, il a déjà porté le maillot du Kosovo à 3 reprises. Impressionnant contre l’Irlande du Nord, il risque de s’établir avec force dans une sélection qui monte. Comme un symbole, il choisit, cet été, de faire le grand saut chez l’ennemi bâlois les BSC Young Boys.


Randy Schneider

Lui a un parcours plus typique. Considéré très vite comme un grand talent, il effectue toute sa formation à Grasshopper. Couvé par le club, il goûtera à la Challenge League avec les Sauterelles à 4 reprises pour un but et un assist. Petit gabarit, les dirigeant zurichois estime que son manque de potentiel physique ne lui permettra pas de s’imposer au plus haut niveau et prend la décision de l’envoyer à Aarau. Après une première saison en prêt en repérage, il justifiera la confiance du club argovien cette saison avec des performances de haut vol. 9 buts et 9 assists à 20 ans. Le FC Saint-Gall sent le bon coup et prend les devants avant de voir d’autres gros clubs entrer dans les négociations. Randy Schneider et Peter Zeidler, cela peut faire des étincelles !


Qui seront les suivants ?

Voilà, la porte est désormais ouverte et risque d’être poussée par d’autres. Du côté du FC Aarau, Kevin Sapanuda a tout pour être dans les petits papiers de certains clubs de Super League. Avec 18 buts à son compteur, l’ailier de 25 ans a réalisé une saison qui devrait déclencher de l’intérêt. C’est aussi le cas de l’ailier vaudois du FC Wil Josias Lukembila (22 ans), du meilleur buteur Joaquin Ardaiz (23 ans), du petit génie franco-algérien Sofian Bahloul (22 ans) ou encore de l’international U21 Serge Müller (21 ans) et du buteur du SLO Brighton Labeau (26 ans).


D’autres, n’auront peut-être même pas à espérer un transfert et pourront simplement saisir l’occasion de briller dans leur club « contractuel » comme Yannick Touré ou Henri Koide.

Dans tous les cas, la Challenge League risque de continuer à apporter bon nombre de futures stars du championnat de Super League.

Avis aux intéressés, les bonnes affaires c'est par ici !