Rechercher

Lucien Favre : À la recherche d’un dernier gros coup

Dernière mise à jour : 26 avr.

Pour notre dernier épisode de la série « open to work », vous ne serez pas surpris de voir Lucien Favre trôner en haut de notre classement. A 63 ans, le Vaudois est à la recherche d’un dernier grand défi pour ramener un trophée.

Limogé du Borussia Dortmund fin décembre 2020, Lucien Favre n’a depuis pas voulu reprendre du service et ce ne sont pourtant pas les occasions qui ont manquées. Annoncé en Turquie puis du côté de Crystal Palace avec beaucoup d’insistance, tout le monde pensait que l’ancien coach de Servette ferait ses grands débuts en Premier League et deviendrait le deuxième suisse à y entrainer après Christian Gross. Or, Favre a changé d’avis en renonçant à la dernière minute prétextant avoir besoin de plus de temps de repos.


Des exploits et la mise en lumière de talents

Souvent vu comme un faiseur d’exploits, le coach vaudois est avant tout un grand travailleur. Demandant beaucoup d’efforts et d’exigences à ses hommes, il a ainsi connu la réussite dans chacun des clubs qu’il a entraîné. Un parcours incroyable avec des exploits tout aussi retentissants. Une promotion en Challenge League avec Echallens, une promotion et une incroyable 5ème place en Super League avec le petit Yverdon Sports, la Coupe de Suisse avec Servette, les deux titres de champions de Suisse avec le FC Zürich et les fantastiques parcours avec le Herta Berlin, le Borussia Mönchengladbach ou encore l’OGC Nice. Il n’y a finalement qu’au Borussia Dortmund où il n’a pu briller totalement même si son passage est loin d’être un échec, mais laissera comme une trace au goût amer tant on se dit qu’il y avait mieux à faire si Lucien Favre avait pu travailler tranquillement.


Connu pour jouer un football offensif et basé sur les jeunes talents, cette marque de fabrique de l’entraîneur vaudois est sa grande force et son petit défaut à la fois. Nul doute que les succès obtenus en début de carrière avec Yverdon, Servette et le FCZ ont forgé les convictions et le style de jeu de Lucien Favre. Il n’a d’ailleurs jamais renié ses valeurs et ses méthodes de travail qui ont fait de lui un entraîneur réputé peu importe le club dans lequel il a travaillé. Les deux dernières expériences de l’entraineur suisse à Nice et Dortmund en sont la preuve. Néanmoins, cette carte de la jeunesse est aussi ce qui lui fera défaut tout au long de sa carrière. C’est à cause de cette étiquette qu’il n’aura jamais de contingent de stars à disposition, mais plutôt des talents à polir comme Haaland, Reus, Rafael ou encore Plea. Le Vaudois n’est-il pas fait pour entraîner des stars ?


« Je gagne ou je perds, mais je veux m’améliorer à chaque match ! » Lucien Favre avait décrit son exigence à Sport Bild en 2019


Autant le talent tactique et communicatif de Favre n’est plus à remettre en doute, autant la question du Top club doit être posée. Pourquoi l’ancien coach de Servette n’a-t-il jamais eu dans les mains un très gros calibre international ? Oui, il a certes eu Dortmund où il n’a malheureusement pas bénéficié de la confiance souhaitée mais il aurait pu (dû) recevoir des offres du Bayern, du PSG ou encore d’Arsenal ? Nul ne sait. Peut-être qu’un Suisse n’est tout simplement pas assez attractif pour ces clubs. Difficile toutefois de lui reprocher de ne pas avoir obtenu de titre avec le Borussia Dortmund l’année où le Bayern fut tout simplement inarrêtable (finale de Coupe, 2ème place).

« Je ne serai plus jamais entraîneur en Suisse » Le destin de l’entraineur vaudois se dessine hors de nos frontières.

L’ultime challenge

Lucien Favre a finalement décidé de s’octroyer une plus longue période de répit. Il semble que le Vaudois a besoin de repos après les émotions et l’expérience dans la région de la Ruhr. Courtisé cet été, il a tout de même pris le temps de refuser la Premier League et l’équipe de Suisse en deux semaines. Si les fans de la Nati ont bien compris qu’il ne sera vraisemblablement jamais sélectionneur national ou d’un club suisse, où rebondira-t-il pour un dernier challenge ? Car à 63 ans, les années et les jours passent très vite. Selon son entourage, c’est pour être sûr de son choix que Lucien prend le temps et fait murir sa réflexion. La dernière rumeur en date le ramène à nouveau en Angleterre et cette fois chez le nouveau richissime club de Newcastle. Une occasion en or de développer un club qui doit tout construire et de découvrir un nouveau championnat. Alors, cap sur la Premier League Lulu ? Les paris sont ouverts !