Rechercher

Servette doit-il changer d'entraîneur pour franchir un palier ?

Dernière mise à jour : 20 avr.

La scène a fait parler ces dernières semaines, le défenseur français Vincent Sasso a exprimé son mécontentement après l'égalisation tardive des Lucernois au Stade de Genève. Une réaction dirigée contre le coaching de son entraîneur jugé trop prudent. Au-delà de cet épisode, la question se pose. Le Servette version Geiger arrive-t-il au bout de ce qu'il sait faire ? Le club genevois doit-il changer d'entraîneur pour franchir un cap ?

Crédit photo: Servette FC

Qu'on se le dise tout de suite, la réaction de Vincent Sasso n'a rien d'un signe de cassure au sein de la maison grenat. Il démontre une réaction humaine de frustration après une égalisation évitable. Car oui comme le dit Sasso, il y avait mieux à faire.


Geiger, l'homme qui a su stabiliser le club en Super League La prudence de Geiger dans son coaching est remise en cause et à juste titre. Si Alain Geiger n'a pas la réputation d'être un coach capable de changer le cours d'un match par son coaching, il est en revanche réputé pour savoir faire vivre un groupe et le faire évoluer le tout en lui donnant une identité. C'est exactement ce qu'il a fait à Servette depuis son arrivée en juillet 2018.


Alors en Challenge League, Alain Geiger propulse les Genevois en Super League avant de les maintenir avec brio depuis 2 saisons. Le club du président Besnard a même eu le privilège de jouer par deux fois les qualifications européennes à l'été 2020 et 2021.


Si aujourd'hui le SFC se place comme un club ambitieux de milieu de classement de Super League, la direction genevoise a des ambitions plus grandes et souhaite, à terme, jouer les premiers rôles du championnat de Suisse. Pour cela, les Grenat devront augmenter leur budget pour pouvoir régater avec le FC Bâle, les Young Boys et le FC Zürich. Et le tout avec un nouvel entraîneur ?


Un environnement stable qui attire

La question mérite d'être posée. Car si les efforts se font en coulisses, ils devront suivre sportivement. On le sait, les différents clubs suisses passés par cette phase de transition ont tous choisi l'option du changement. L'environnement stable du club prôné par Philippe Senderos, Richard Feuz et Pascal Besnard a de quoi attirer une génération d'entraîneur plus jeune au potentiel certain.


Récemment, c'est également un élément du club qui s'est projeté dans cette voie. En effet, Gael Clichy s'est confié à la presse en déclarant son intention de rester au club en tant qu’entraineur. S'il admet qu'il a tout à apprendre du métier, il est certain que l'ambition du français ne peut pas s'arrêter au U15 du club.


Quoi qu'il en soit, Alain Geiger devrait pouvoir terminer la saison en tout sérénité. Un temps sous le feu des critiques après un début de saison poussif, le Valaisan a su faire face à la crise pour rebondir avec brio. Après le départ acté du légendaire capitaine Anthony Sauthier, la direction du club a prouvé qu'elle était capable de prendre une décision ô combien douloureuse mais capitale pour la suite du développement du Servette. Un exercice qui pourrait être réédité cet été.