Rechercher

Un transfert pour franchir un nouveau palier

Après 148 matchs professionnels toutes compétitions confondues avec son club formateur du Servette FC, Kastriot Imeri, 22 ans, se sent prêt à relever un nouveau challenge. Courtisé ces derniers mois par plusieurs clubs étrangers comme la Fiorentina, le Club Bruges ou encore l’Eintracht Frankfurt, le Genevois a pris la décision de rejoindre un autre club helvétique, les BSC Young Boys.
Crédit photo: Servette FC

Bastien Feller

Ce transfert pourrait surprendre certains fans et observateurs du football suisse, mais il devrait être tout à fait réfléchi et logique puisqu’il se décrit lui-même comme étant une personne ayant ces qualités. Très mature pour son âge, le néo-international suisse semble ne pas vouloir brûler les étapes et doit probablement estimer que ce transfert, chez le très ambitieux club de la capitale, lui sera bénéfique. En effet, nous pouvons estimer que s’il obtient du temps de jeu et qu’il découvre la coupe d’Europe cet automne, il pourrait légitimement lorgner sur une place dans l’avion qui mènera l’équipe de Suisse à la Coupe du monde au Qatar.


Le joyau servettien

Formé à Genève et promu très jeune en équipe première du club grenat, Kastriot Imeri est un des joueurs suisses les plus prometteurs de sa génération (classe 2000). Depuis son premier match professionnel le 3 juin 2017 en Challenge League face au Mont, le jeune milieu offensif ne cesse d’impressionner et de progresser étape par étape. Au point même d’obtenir une sélection avec l’équipe de Suisse face à, excusez du peu, l’Italie récemment championne d’Europe. Mais avant cela, le jeune binational Suisse-Kosovo a fait les choses dans l’ordre, préférant rester à Servette, découvrir la Super League et engranger de l’expérience plutôt que de partir se brûler les ailes à l’étranger en étant trop jeune et pas forcément armé pour s’y imposer.


YB pour continuer son ascension

Si un transfert au sein même du championnat suisse devait avoir lieu, c’était bien en direction de la capitale que le jeune milieu devait se tourner. En effet, fort de sa stabilité et de ses succès des années précédentes, le club quinze fois champion de suisse se montre, cette saison encore, très ambitieux. Sa gestion de la période de transfert actuelle le montre bien puisque, avec l’arrivée de joueurs internationaux comme Cedric Itten, Loris Benito, Donat Rrudhani et Jean-Pierre Nsame, YB se positionne à nouveau comme le principal prétendant au titre de champion. Même sur la scène européenne, le club entrainé par Raphaël Wicky, s’il passe l’obstacle Anderlecht, devrait être promis à un beau parcours en Conference League. De quoi donc attirer un Kastriot Imeri qui voulait quitter Servette pour franchir un palier.


Quelle place pourrait-il (ou « aura-t-il ») dans cet effectif ?

Comme évoqué précédemment, le club de la capitale s’est grandement renforcé cet été, aussi bien qualitativement que quantitativement. Capable d’évoluer dans l’axe ou sur un côté, Kastriot Imeri aura comme concurrents directs pour sa place des joueurs tels que le joyau Fabian Rieder, Filip Ugrinic, Donat Rrudhani, Nicolas Moumi Ngamaleu, Vincent Sierro ou encore Christian Fassnacht (même si ce dernier pourrait s’envoler vers la Turquie, et plus précisément Besiktas, d’ici la fin du mercato). Les places y sont donc chères. Mais cela ne devrait pas effrayer celui que l’on verrait volontiers comme le nouveau meneur de jeu de la Nati et qui devrait, grâce à ce transfert, continuer de s’assurer une progression constante au contact d’un groupe de joueur de grandes qualités.