Rechercher

Visites guidées des stades de Super League

En Suisse, bon nombre de clubs ont amélioré leurs infrastructures lors des dernières décennies. Si certains ont fait de leur antre de vrais bijoux d’architectures, d’autres évoluent encore dans des stades où certaines tribunes paraissent veilles et mal entretenues. KMedia s’est mis dans la peau du supporter pour évaluer les stades de Super League.
Crédit photo: Servette FC

Romain

Les notes sont basées à l’échelle du championnat suisse et les affluences moyennes records sont depuis les années 2000 (source transfermarkt).

Le Parc Saint-Jacques – FC Bâle

Il est surement l’un des stades, voir le stade le plus mythique de notre pays. Ses tribunes ont connu des matches fantastiques, tant lors des soirées européennes, que lors des rassemblements de la Nati ou encore des finales de Coupe Nationale.

Ouvert officiellement en 2001, le Joggeli est doté d’une pelouse naturelle, mais aussi de l’une des meilleures ambiances du pays. Un système d’accès facilité par tram et train qui permet aux supporters de s’y rendre facilement. Malgré la ferveur de la MK (Muttenzerkurve, les ultras bâlois) les spectateurs s’y sentent en sécurité dans une ambiance festive. Une réussite sur tous les points.


En ce qui concerne le futur, le stade devrait être rénové d’ici 2028 notamment son toit et l’espace du premier étage. Le contrôle des supporters (hors-Muttenzerkurve) devrait être facilité également. Un rajeunissement qui devrait s’élever à CHF 50mio. C’est donc l’assurance de rester l’un (le ?) des plus beaux stades du pays.


Capacité: 38’512

Affluence moyenne: 21’969 (taux de remplissage de 57%) – l’affluence moyenne record était de 29'775 lors de la saison 2011/12

La restauration: efficace, diversifiée et rapide. De la bière, il y en a et la saucisse est loin d’être « dégueu » !

L’anecdote: avant sa création en 1999, il existait le Stade Saint-Jacques (détrompez-vous, ce ne sont pas les mêmes), et ce dernier avait même accueillit un concert de Michael Jackson.


La note de la rédac’: 10/10


Stade du Wankdorf – Young Boys

Aussi appelé « Stade de Suisse » (Wankdorf depuis 2020), ce complexe, divisé entre le stade en lui-même et le centre commercial du Wankdorf est l’un des stades les plus côtés de notre pays et a vu le jour en 2005. La pelouse plastique du stade permet à la ville de Berne d’accueillir de nombreux concerts sans endommager le terrain, ce qui n’est pas le cas partout ailleurs (cf. voir Stade du Letzigrund).

L’accès y est très favorable, des places de parc en suffisances et un réseau de transport en commun facilitent l’acheminement des supporters, qu’ils soient locaux ou supporters adverses. Le QG d’YB est considéré comme l’un des plus beaux stades du pays. Moderne, simple et accueillant, les infrastructures correspondent parfaitement à la ville de Berne est à ses protégés.


En ce qui concerne le futur, aucun projet de rénovation majeur semble voir le jour, ce qui est toute somme logique pour un stade qui n’a pas encore vingt ans.

Crédit photo: BSC Young Boys

Capacité: 31'783

Affluence moyenne: 28'237 (88%) – affluence moyenne record pour le club !

La restauration : les buvettes ne sont pas les mieux gérées du pays. En effet, ce n’est pas donné et les frites sont généralement trop salées. En revanche, si vous aimez la Carlsberg, vous serez servi !

L’anecdote: il est le stade qui a accueilli le plus de finales de Coupe de Suisse depuis sa création, et YB n’a remporté qu’une seule fois le trophée dans le même temps (depuis 2005). Pas de chance.


La note de la rédac’: 9/10


Stade du Letzigrund – FC Zürich & FC Grasshopper

Si nous cherchons un stade remplit de contraintes et de débats, nous avons déniché la perle rare. En effet, le Letzigrund, bâtit en 2007 sur les traces de l’ancien stade, réunit le FCZ et Grasshopper, la Weltklasse (Athlétisme, Diamonds League) et quelques concerts. Beaucoup trop pour un stade de football. La cohabitation y est de plus en plus difficile entre les deux clubs de la capitale économique.


Son revêtement est une pelouse naturelle, qui fait énormément parler en ce début de saison. Pour cause, plus de 7 concerts, organisé sur les trois derniers mois, ont énormément affecté la pelouse du stade. Blerim Dzemaili, cadre du vestiaire zurichois, assimilait même le terrain à un champ de patate lors d’une interview donnée à la SFR. Et comme si ce n’était pas assez, la Weltklasse est venue se greffer au début de saison compliqué (sur tous les points) du FC Zurich. Ce qui a obligé les Zurichois a disputé une partie de leurs rencontres européennes au sein du Kybunpark, à Saint-Gall. Il ne suffit pas d’être un grand spécialiste du football pour comprendre que quelque chose ne tourne pas rond au Letzigrund.


Si l’accès est parfaitement géré en bus et en tram, la sécurité du stade quant à elle, peut être largement pointée du doigt. Que ce soit au niveau de son personnel ou de ses infrastructures, ce stade n’est de loin pas le plus rassurant d’Helvétie. En effet, seulement trois ans après son inauguration, les premières fissures sont apparues et le stade a dû être fermé le temps des rénovations. Le personnel de sécurité pourrait aussi revoir certaines de ses façons de faire (cf. L’anecdote). Si l’on ajoute à cela les débordements du premier derby de la saison dernière, la sécurité ne marque pas beaucoup de points ces derniers temps.


Le Letzigrund, entrecoupé par une piste cendrée qui éloigne les supporters du rectangle vert, fait énormément débat en Suisse Alémanique. Le stade est mythique, mais est-il réellement adapté pour accueillir les supporters de ces deux clubs ancrés dans notre culture footballistique ? Pas sûr.


Un futur avec du neuf, c’est ce qui est prévu ! En effet, le canton a accepté cet été le plan d’aménagement pour le développement du site sur lequel se trouvera le futur stade. Bien que la ville de Zurich doive encore approuver ce projet, la probabilité de voir un nouveau stade à Zurich semble être grande. C’est plus qu’un stade, mais tout un quartier qui devrait voir le jour, au milieu duquel se trouvera la Crédit Suisse Arena. Les deux clubs rivaux auront donc leur stade, lequel sera dédié entièrement au football. Le coût de ce futur bijou d’architecture s’élève à 105 millions et la construction devrait débuter l’année prochaine.

Crédit photo: FC Zurich

Capacité: 26’104

Affluence moyenne: FCZ 14'340 (55%) affluence moyenne record ! – GCZ 8'104 (31%), l’affluence moyenne record était de 8'600 lors de la saison 2012/13

La restauration: vraiment rustique et basique. La demi (presque quart) tranche de pizza est surévaluée par les cantiniers et aucune saucisse n’était proposée. La honte pour une affiche qui n’était nulle autre que le derby de la Limatt.

L’anecdote: lors du derby retour la saison passée, la vente d’alcool était complétement interdite au sein du stade, mais la majorité des supporters cachaient des canettes de bières dans leurs capuchons ou leurs sacs, et visiblement tout le monde semblaient au courant de la supercherie.


La note de la rédac’: 5/10


Stade de Genève– Servette FC

Inauguré en 2003 dans le quartier de la Praille, qui se trouve sur la commune de Lancy, le stade de Genève est le troisième plus grand de notre pays. L’affluence modeste du stade interpelle les supporters genevois qui trouvent les mesures de sécurités aux abords du stade (Route des Jeunes fermées) disproportionnées par rapport aux nombres de gens se rendant à la Praille. Toutefois, l’accès au stade via les transports publics - et notamment le Léman Express - semble être la bonne piste, et surtout la plus pratique pour s’y rendre.


La pelouse ? Un revêtement en herbe qui a fait débat ces derniers temps. Effectivement, nombreux sont les supporters du club qui n’ont pas apprécié la venue sur leur terrain du Servette RC Première (entre autres), craignant le pire pour leur pelouse en ce début de saison réussi. Un autre aspect qui fait débat ces temps est nul autre que l’efficacité des buvettes (cf. La restauration).


Le stade, ayant connu de solides rénovations au cours des dernières années, en passant par les écrans géants, les sièges ou encore les bancs destinés aux remplaçants, ne fait pour l’instant pas l’objet d’un futur chantier. Le complexe sportif et les divers magasins qui s’y trouvent semblent fonctionner comme souhaité par les précurseurs du site, un chantier en moins dans la tête des dirigeants grenats qui peuvent notamment se concentrer sur le chantier du complexe d’entrainement.


Capacité: 30'084

Affluence moyenne: 7'509 (25%) – L’affluence moyenne record était de 10'697 lors de la saison 2011/12

La restauration: Les supporters grenat s’en plaignent. Le rythme est très lent et l’investissement de quelques buvettes en plus ne seraient pas un luxe à la Praille pour satisfaire le public genevois.

L’anecdote: La Nati n’a perdu que 4 fois en 20 matchs disputés dans ce stade, l’un des porte-bonheurs de notre équipe nationale.


La note de la rédac’: 7/10


Kybunpark – FC Saint-Gall

Plus connu sous le nom d’AFG Arena jusqu’en 2016, le désormais Kybunpark a été inauguré en 2008. Il est donc l’un des stades les plus récents du championnat. Réputé pour avoir l’une des meilleures ambiances du pays, le Kybunpark doit beaucoup à l’Espenblock qui promet une atmosphère de folie à chaque rencontre de leurs protégés. En contrepartie, sa pelouse naturelle, elle, n’est pas exempts de tout reproche. Pour cause, elle n’absorbe pas efficacement la pluie et cause de nombreux soucis aux joueurs. L’accès au stade est réputé simple, l’autoroute passe juste derrière le stade et un grand parking se trouve juste à côté de ce dernier. Des bus spéciaux « Kybunpark » partent en nombre depuis la gare et les différents panneaux indiquent nettement où se trouvent les différents secteurs. La sécurité pourrait même paraître excessive, puisque les abords du stade et chaque buvette sont bien gardés par des policiers casqués. De quoi faire régner l’ordre au sein de la huitième ville du pays. L’ambiance générale est à la fois festive et majoritairement familiale.


Une ville de foot, et cela se ressent ! Mais quelques individus ternissent la réputation du club. En effet, la saison passée, Timo Fayulu et Mory Diaw ont été victimes d’insultes racistes provenant des travées du Kybun. Sans commentaire…

Le stade étant récent, aucun projet futur semble se dessiner sur le court et moyen terme à Saint-Gall, ce qui est plutôt logique aux vues des infrastructures en bonnes état au sein et autour du Kybunpark.

Crédit photo: FC Saint-Gall

Capacité: 19’694

Affluence moyenne: 17’4693 (88%) – affluence moyenne record !

La restauration : Les prix sont corrects et les cantiniers sont vraiment (vraiment) sympas ! Santé !

L’anecdote: En 2012, le stade à accueilli temporairement le FC Wil, alors pensionnaire de seconde division. Un coup de main le temps que le Bergholz soit rénové. Sympa !


La note de la rédac’: 9/10


Stade de Tourbillon – FC Sion

Vous êtes à la recherche de l’un des ancêtres du football suisse ? Ne cherchez plus. Le toit ondulé, un cadre magnifique, nous sommes à Tourbillon. Inauguré en 1968, Tourbillon est l’un des doyens en première division. Eh oui, il semble être en bon état, cela grâce aux rénovations en 1989 et également sur la dernière décennie. Des travaux qui ont notamment permis au stade de rester dans la catégorie 4 de l’UEFA. Lui aussi est doté, comme la majorité des équipes de SL, d’une pelouse en herbe. Méprenez-vous, cette dernière est unique en son genre. Effectivement, soyez attentif à la reprise du championnat juste après la trêve hivernale, et vous vous rendrez compte que le flanc droit du terrain sédunois à une forte tendance à être gelé. Pas pratique, malgré les crampons.


Pour s’y rendre, il vous faut compter plusieurs bonnes minutes depuis la gare, ou alors y aller en voiture et se garer dans le grand parking à disposition. Ce qui est certain, c’est que les transports publics sont moins bien desservis qu’en Suisse Alémanique, et qu’il est donc plus compliquer de se rendre au stade depuis le centre-ville.


Pas de projet de rénovation ou de nouveau stade en Valais pour l’instant, Tourbillon a encore quelques belles années devant lui. Au grand désarroi de Christian Constantin.

Crédit photo: FC Sion

Capacité: 14’283

Affluence moyenne: 9'133 (64%) – l’affluence moyenne record était de 12'361 lors de la saison 2006/07.

La restauration: Bien que plus rapide qu’à Genève, quelques buvettes supplémentaires ne seraient pas malvenues. La bière y est même moins chère qu’en Suisse-Allemande. Ils sont accueillants nos amis valaisans !

L’anecdote: Le stade de Tourbillon ne recevra plus la Nati qu’il a accueilli 4 fois entre 1985 et 2019. Ah ce football business.


La note de la rédac’ : 7/10


Swissporarena – FC Lucerne

Il est le stade le plus récent et (logiquement) le plus moderne de notre championnat. La Swissporarena voit le jour en 2011 et succède à l’Allmend. Lucerne peut enfin prétendre a de plus grandes ambitions sur le plan sportif, en sachant que les infrastructures suivront. Les Lucernois pourront toujours compter sur le magnifique kop, qui fait de ce stade l’une des plus belles ambiances du pays. Le terrain, qui accueille régulièrement les matchs de la Nati, est en gazon naturel et il est l’un des plus beaux du pays. En termes d’accès, c’est surement le stade le plus pratique de Suisse. À pied pour les sportifs - comptez vingt minutes depuis le centre-ville -, en trame depuis la gare centrale ou encore en bus (seulement 8’) depuis le centre-ville. Tout a été pensé pour mettre en avant le stade et l’équipe de Suisse-centrale. Les débordements y sont rares et le public s’y sent en parfaite sécurité. Le club a tout pour bien faire, il ne manque plus qu’aux joueurs et dirigeants à faire eux aussi, un pas en avant dans leurs démarches.


Pour l’avenir, aucun projet de rénovation ou de construction, ce qui est plutôt logique pour le cadet du championnat. Il ne manque plus que les résultats à Lucerne où tout est prêt pour un futur glorieux.

Crédit photo: FC Lucerne

Capacité: 17’000

Affluence moyenne: 12'451 (73%) – l’affluence moyenne record était de 14'180 lors de la saison 2011/12.

La restauration: Les buvettes sont très efficaces et les prix y sont franchement corrects. Cependant, munissez-vous de votre carte, le paiement cash n’est pas accepté.

L’anecdote: C’est dans ce stade que la Nati a décroché son billet pour le Qatar (et la prestation était fabuleuse !)


La note de la rédac’: 9/10


Cornaredo – FC Lugano

Également l’un des fossiles de ce championnat, le stade du Cornaredo fut bâtît en 1951. Ce n’est donc pas étonnant si ce stade est l’un des moins attractifs du pays. Les supporters sont très éloignés du terrain et le kop est (logiquement) l’un des plus petits du pays. La piste cendrée qui sépare les tribunes du rectangle vert ne favorise de loin pas la relation entre les joueurs et leurs fans. Un rectangle vert qui paraît usé, de même que les infrastructures du stade qui ne rassurent de loin pas les spectateurs. Nombreux sont les détracteurs du plus grand stade de la région tessinoise, une enceinte rustique qui ne reflète pas les énormes progrès réalisés par le club sur le plan sportif.


Bien que son accès - grâce au flexibus - soit privilégié, le stade est situé en toute bordure de la ville. Cette dernière, qui n’est d’ailleurs pas une ville de foot, ne favorise pas pleinement le développement de son club. Au niveau de la sécurité, les moyens restent corrects. Les forces de l’ordre se situent pour la plupart du temps à la gare, dans l’attente des supporters adverses. Mais les débordements sont rares et l’ambiance champêtre du Cornaredo donne une certaine impression de sécurité au public.


Lugano aura du neuf (ouf !) ! Au printemps dernier, l’entraineur Croci-Torti soulignait l’importance de ce futur stade pour le projet et les ambitions luganaises. Il devrait voir le jour en 2025, et le projet « PSE » comporte tout un complexe d’entraînement pour le club. Il remplacera logiquement le Cornaredo. Assez pour faire de Lugano l’un des clubs les plus coté du pays ? Pas certain. Mais ce nouveau stade s’inscrit parfaitement dans la politique du club, qui visera encore plus haut après la construction de son futur berceau.


Capacité: 6'390 (plus petit stade du championnat)

Affluence moyenne: 3'173 (49%) – l’affluence moyenne record était de 4'757 lors de la saison 2000/01.

La restauration: Les restaurants 1908 et Bianconero sont ouverts les jours de match et propose diverses pizzas ainsi que des bières à prix correct. Au moins, le club est à la page sur ce point-là.

L’anecdote: Bien que son équipe évolue en Super League, Le Cornaredo dispose d’une plus petite capacité que la majorité des stades de Challenge League.


La note de la rédac’: 3/10


Schützenwiese – FC Winterthur

Et nous voici maintenant avec le plus vieux stade du pays. Inauguré en 1900, puis largement rénové en 1922 et 1957 dans la banlieue de Zürich, le stade de la Schützenwiese (pré de protection en Suisse-Allemand) a fait son retour dans l’élite cet été. La promotion a encouragé beaucoup de gens à se rendre au stade cette saison dans une ambiance familiale et festive.


Son gazon naturel est dans la moyenne en termes de qualité, qui plus est pour une équipe qui vient de rejoindre l’échelon supérieur de notre football. L’accès au stade est très pratique, plusieurs bus desservent (comme partout en Suisse-Allemande) parfaitement les supporters, le tout dans une atmosphère sécurisée.


Contrairement à ses voisins de GC et du FCZ, le FC Winterthur n’obtiendra pas de nouveau stade prochainement. Les rénovations apportées, il y a maintenant plus de 50 ans, semblent parfaitement tenir le coup. Les supporters ne s’en plaignent pas et ne lâcheraient leur schützi pour rien au monde.


Capacité: 8’400

Affluence moyenne: 8'257 (87%) – affluence moyenne record pour le club !

La restauration: peut-être les services de restaurations les plus diversifiés du championnat. En effet, de nombreux food-trucks divers et variés ainsi que plusieurs stands boissons accompagnent les supporters tout au long de la saison. Une grande réussite.

L’anecdote: le stade a fait le plein lors de toutes ses rencontres à domicile cette saison, pas mal pour un promu !


La note de la rédac’: 7/10


Posts récents

Voir tout

Après une semaine dernière compliquée avec deux défaites sans appel, le FC Bâle et le FC Zurich se doivent de réagir en Coupe d'Europe. Ludo Humiliés sur leur terrain par le PSV Eindhoven 5-1, le FC Z